Archives de catégorie : Semaine suédoise 2016

BLØND AND BLÖND AND BLÓND

blondVendredi 4/11 : 20h30 concert au Molière

Tø, Mår et Glär ont quitté leur Scandinavie natale pour mieux découvrir la culture française qui les passionne depuis leur enfance quand ils écoutaient religieusement Radio Nostalgie. Leur spectacle rend justement hommage aux chansons de notre répertoire, revues et corrigées, ré-écrites parfois, aux interprétations déjantées provoquant l’hilarité générale

Réservations Boutique Culture 05 58 76 18 74

Des Landes en Suède, la migration des grues

60-ans-de-jumelage-rJeudi 3/11 : 20h30 conférence salle Lamarque-Candau “Des Landes en Suède, la migration des grues“, en partenariat avec le conservatoire d’Arjuzanx

Le lac d’Hornborga est un site ornithologique de renom dans le Nord de l’Europe: les grues cendrées que nous pouvons observer à Arjuzanx poursuivent leur route vers le Nord et font escale sur ce lac situé près d’Alingsås. Une autre forme de jumelage ?

La conférence sera animée par les ornithologues de la réserve d’Arjuzanx qui pourront être rejoints par leurs collègues et amis suédois.

JOE HILL

projection-rMercredi 2/11 20h30 : Cinéma le Royal : projection du film “Joe Hill” de Bo Wideberg,

suivi d’un débat animé par Pia Samuelsson (petite-nièce de Joe Hill)
Entrée : 5€

Les droits des travailleurs et la liberté d’expression

C’est un grand film, un beau film politique, sur le courage, la liberté, la fraternité, la dignité, et l’envie de vivre.

Joe Hill (Hillstrom de son vrai nom, incarné par le séduisant Thommy Berggren, comédien fétiche de Bo Widerberg) était un émigré originaire de Suède arrivé aux Etats-Unis en 1902. C’est son parcours vers l’ouest à bord de trains de marchandises, de New-York à Salt Lake City, dans l’Utah que l’on suit dans ce film. Joe Hill était un travailleur itinérant, proche des « hobos », il a ensuite été militant syndical à l’Industrial Workers of the World. Il militait pour les droits des travailleurs, pour la liberté d’expression aussi. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il a commencé à écrire des chansons engagées. Puisqu’il fallait chanter pour avoir le droit de se rassembler publiquement, il décida de faire de la politique et du syndicalisme en chantant.

Brûlot contre la peine de mort

Joe Hill a très probablement été exécuté pour un crime qu’il n’avait pas commis. Il avait un alibi mais l’a toujours tenu secret, sans doute pour ne pas mettre en difficulté une femme qu’il avait aimée jadis.

Ce qui rend le film de Bi Widerberg si marquant, si lumineux, c’est la fulgurance de ces images, des bas-fonds de New York aux grands espaces de l’Ouest et la beauté, l’énergie de son propos, incarné par son héros. On vous dira qu’il y a du Elia Kazan, et même du John Cassavetes dans ce film… Il me fait aussi penser à un texte magnifique de Jack London qui s’appelle Ce que la vie signifie pour moi , une brève autobiographie publiée en 1906. Car Joe Hill est un film qui porte des idées, des valeurs, et son héros est l’exact contraire d’un lâche. La lâcheté lui est si étrangère qu’il est stupéfait face à elle, vous le verrez dans la terrible et puissante fin du film. Joe Hill est un film sur un homme qui aime la musique, rire et chanter, mais aussi un homme qui pense, un insoumis qui ne souhaite de mal à personne et qui se soulève pour le bien de tous, pour la justice. C’est un film jamais larmoyant, mais vraiment émouvant, parce qu’il redonne du souffle.

(France Culture)

“Immigration, liberté d’expression, droits des travailleurs, condition pénitentiaire, police, justice, peine de mort, autant de questions essentielles posées par le film. La réponse de Joe est toujours humaine : il exige du pain, oui, mais aussi des roses. Cette biographie d’un militant légendaire saisit ensemble le désir de justice et le désir de vie, bien plus fortement qu’aucun exposé didactique.

(Ligue des droits de l’homme )